Théophane Noël observateur canadien aux élections en Haïti

Publié le : 19 mars 2011

( Bas-Caraquet, 19 mars 2011; 7 h 10) Un concitoyen de Bas-Caraquet, Théophane Noël est présentement délégué par le Canada en Haïti pour surveiller le déroulement des élections. Il communiquait avec l’Écho récemment pour donner de ses nouvelles.

«Je suis parti (en Haïti) comme coordonnateur départemental des observateurs dans le département de l'Ouest, celui de Port-au-Prince, pour le 2ième tour des élections présidentielle et législatives du 20 mars. À mon arrivée, je suis allé faire du repérage de centres de vote dans les communes d'Arcahaie, Cabaret et Croix-des-Bouquets pour assigner des équipes d'observateurs dans ces centres qui contiennent de un à une quarantaine de bureaux de vote. Entretemps, le chef de Mission, l'Ambassadeur Colin Anderson, que je connais depuis 1995, alors que j'étais formateur pour la Mission de l'Organisation des États américains en Haïti, m'a demandé de joindre le Groupe de base de la mission à titre d'expert électoral.

Je suis donc responsable de faire la liaison avec le conseil électoral en tout ce qui touche aux opérations électorales: préparatifs, matériel, recrutement, formation, jour du vote, dépouillement et tabulation des résultats;  de plus, je suis membre de l'équipe qui va observer la tabulation des résultats au Centre de tabulation du 20 au 30 mars.

Comme le 1er tour le 28 novembre 2010 a nécessité l'intervention de la communauté internationale pour départager les vrais gagnants à la suite de fraudes au niveau des bureaux de vote, nous tentons de prévenir la répétition de ces évènements.

Les résultats de ces élections vont déterminer qui sera à la présidence du pays, madame Mirlande Manigat une juriste constitutionnelle ou Michel Martelli, un chanteur populaire appellé le Roi du Kompas; il sera aussi décidé qui aura la majorité à l'assemblée nationale.
En fait, le sort de la reconstruction repose sur les résultats de ces élections parce que tant qu'il n'y pas d'assemblée nationale, les décisions sur la décentralisation et la reconstructions se seront pas prises.
Comme, j'ai observé l'élection d'Aristide en 1990, celle de Préval ensuite et encore (une fois) celle d'Aristide en  2000, je suis privilégié d'être témoin de ces évènements historiques.» disait Théophane Noël que sera de retour dans un peu plus d’un mois.