506 727-4749

Youppi, j'ai eu mon vingt piastre?

Publié le : 21 décembre 2015

(21 décembre 2015) Je l’ai fait sans trop y croire. J’ai participé par principe. Je me disais que c’était une belle façon de montrer ma désapprobation à l’industrie qui se foutrait pas mal de moi et des millions d’autres consommateurs qui s’étaient fait avoir en payant trop cher des composantes électroniques pendant des années.

Quand j’ai vu, l’automne dernier à la télévision, des publicités invitant à joindre un recours collectif parce que des vendeurs d’ordinateurs, d’imprimantes, d’équipement informatique de toutes sortes j’ai décidé de m’inscrire.

Il ne fallait que quelques minutes, c’était gratuit, et très peu de données personnelles nécessaires. J’ai ajouté ma réclamation à celle de milliers d’autres. Je venais ainsi de rejoindre le recours collectif de Canadian DRAM class action (RicePoint). On me promettait au moins 20 $ et peut être plus.

J’y suis allé d’une réclamation simple… de 20 $. J’aurais pu faire valoir l’achat de plusieurs autres petits objets… mais au total ça ne dépasserait pas quelques dollars de plus et me demanderait du temps. Ce que je n’ai pas nécessairement.

Aujourd’hui, 21 décembre, je viens de recevoir un chèque de 20 $... à mon nom et correspondant à mon numéro de réclamation.

En ouvrant l’enveloppe brune (semblable à une enveloppe du gouvernement) je me demandais bien ce que c’était. L’entête : C’est mon argent/The Money is Mine ne me disait vraiment rien. J’avais oublié depuis longtemps le titre de cette publicité télévisée.

Alors, comme tu me connais, je suis tout sourire aujourd’hui, à quelques jours de Noël. Les vrais Pères Noël, pour moi, cette année… sont les bureaux d’avocats Camp Fiorante Matthews Mogerman, Belleau Lapointe, Sutts Strosberg, and Harrison Pensa (selon les différentes provinces du recours). Ils ont mis dans mes yeux de grand enfant, dans mon coeur et dans mon esprit un sourire agréable.

Ce n’est que vingt dollars, mais qui redonne espoir dans la justice même si j’imagine que c’est bureaux d’avocats ont aussi par le fait même reçu un très beau, très beau, très très trèsssss beaux cadeaux de Noël. Ils ont eu le génie de monter cette cause et de la défendre, tout travail mérite un salaire.

Merci la vie pour ces petits plaisirs.