Directement de la salle du conseil de Bas-Caraquet

Publié le : 26 septembre 2008

Le jeudi 13 mars dernier avait lieu la réunion régulière du Conseil municipal de Bas-Caraquet. Hormis l’absence motivée du conseiller Jean-Marie Gionet, tous les autres membres du Conseil étaient présents.

Plusieurs points à l’ordre du jour furent discutés par le conseil et plusieurs décisions furent prises pour la bonne gestion de la municipalité.
Compteurs d’eau
Ainsi on apprenait que les nouveaux compteurs d’eau sont commandés et qu’ils seront installés prochainement dans les usines sur le territoire de la municipalité. On se souviendra qu’il s’agit du remplacement des anciens compteurs car l’eau est facturée selon les compteurs de chaque usine. La nouveauté dans ce domaine est que maintenant le Village est propriétaire des compteurs, voit à l’achat, l’entretien et à leur réparation d’où la décision de changer pour des neufs qui seront plus précis et performants.
Cogédès
Une rencontre a eu lieu avec le représentant de COGÉDÈS (Gary LeBlanc). Il semble que l’organisme est en train de préparer une nouvelle façon de faire, et qu’il en coûterait plus cher pour la cueillette des ordures. En fait, le projet sur la table présentement, parle de passer de l’actuel taux qui est de18$ la tonne à 46$ la tonne mais le Village n’aurait rien à faire, pas d’employé ni de camion à supporter. Il serait également possible pour Bas-Caraquet, qui a un camion tout neuf et bien équipé, de devenir le contracteur de la cueillette des ordures dans plusieurs territoires de la Péninsule et ainsi exploiter son avantage (le camion) et créer des emplois dans Bas-Caraquet. Le tout reste à discuter et il semble que COGÉDÈS ne sera pas prêt avant janvier 2004 et peut être plus tard.
Où iront nos bateaux?
Le quai de Bas-Caraquet
Les membres du Conseil étaient furieux de voir que jusqu’à maintenant rien n’a bougé suite à leurs nombreuses demandes de réfection du quai qui devient de plus en plus dangereux. D’abord parce qu’il se brise et laisse flotter d’énormes pièces de bois avec des clous qui pourraient crever la coque des bateaux sillonnant près du port. Sans oublier qu’aucun éclairage adéquat ne fonctionne, ce que déplorait vertement le conseiller Friolet qui avouait avoir répété plusieurs demandes qui sont toujours restées sans réponse alors que le manque d’éclairage favorise le vandalisme, le vol et les effractions.

La Plage
Un appel d’offre a été lancé par la municipalité pour trouver des soumissionnaires qui voudraient opérer la cantine de la plage ainsi que la boutique de souvenirs voisine de la cantine. On peut voir cet avis en page 3 de L’Écho. Si des artisans locaux ont des produits typiquement acadiens, ce sera l’endroit idéal pour les mettre en vente.
Cet été, le tarification pour les usagers de la plage sera modifiée. Ainsi le stationnement sera gratuit à la plage mais on adopte à Bas-Caraquet le même modus operantis (même façon de faire) que dans les autres plages municipales du NB. Chaque utilisateur paiera 2$ (13 ans et plus) ce sera gratuit pour les enfants de 12 ans et moins.

Départ à la retraite
Après 26 ans de services pour le Village de Bas-Caraquet, Marcel Thériault, l’employé responsable des différents travaux au village prenait sa retraite bien méritée le 7 mars dernier. Tout un changement dans la vie d’un homme qui pourra maintenant faire tout ce qu’il n’avait pas le temps de faire alors qu’avant il travaillait tout le temps.
Le marais derrière la Mairie
Cinq personnes furent choisies pour former le comité qui cherchera à aménager le marais derrière la Mairie. Il s’agit de Norma Légère, Jean-Claude Légère, Marcel David, Philip Boucher et Bernard Friolet.
Le Phare
Le phare de Bas-Caraquet aura 100 ans cette année. Il est prévu qu’on organisera des activités autour de ce thème. Même s’il n’est pas encore possible de laisser le grand public visiter l’intérieur et monter jusqu’en haut, il sera toujours possible de profiter de cet édifice pour attirer les visiteurs à la plage municipale. Le bas de la construction pourra même servir pour permettre à différents artistes de se manifester pour notre plus grand plaisir.  

(extrait de L’Écho de Bas-Caraquet)