L?AEFNB a choisi notre maire pour illustrer le professionnalisme des enseignants

Publié le : 23 avril 2009



Dépliant de l'AEFNB

Dans une campagne de promotion de la profession d’enseignant,  l’Association des enseignantes et enseignants francophones du Nouveau-Brunswick faisait distribuer par les élèves des écoles du NB, un dépliant tout en couleur avec une grande photo d’Agnès Doiron, professeur de mathémathiques à la polyvalente Louis-Mailloux et maire de Bas-Caraquet.

«... Pour une fois, c’est une promotion provinciale qui vient du nord plutôt que du sud...» de préciser Agnès Doiron. À la télévision, dans les journaux, sur des affiches placées dans les écoles et sur un dépliant, la campagne vise à promouvoir le dévouement des membres de l’AEFNB.

D’autres enseignants de la région sont aussi mis en évidence par cette publicité. Il y a entre autres Gaston Haché de la PLM et Hélène Lambert de Marguerite-Bourgeoys. Le dépliant a été conçu par une entreprise de graphisme de Caraquet.
Notes historiques
L’AEFNB est née de l’Association des instituteurs acadiens (AIA) qui, elle, résultait à l’époque de la prise de conscience des intérêts et des problèmes distincts des éducateurs et éducatrices de langue française et des conditions défavorables à la culture française dans la province.

Le premier cercle pédagogique groupant les instituteurs et les institutrices de langue française d’une ou plusieurs écoles remonte à 1939.

Les cercles pédagogiques ont été constitués par la suite en chapitres et, en 1946, le projet d’une association provinciale, l’AIA, qui coordonnerait le travail des chapitres, a vu le jour. L’AIA recrutait ses membres parmi les instituteurs et les institutrices francophones qui voulaient bien, en plus de leur cotisation à la NBTA, payer une cotisation supplémentaire.  

(Extrait de L’Écho de Bas-Caraquet, avril 2009)